Marthe Gravier est décédée

Publié le 11 juillet 2018 • Mis à jour le 11 juillet 2018

C’est avec beaucoup de tristesse que la CFDT Paris a appris le décès de Marthe Gravier. Ancienne Secrétaire générale de la CFDT RATP, Marthe avait milité au côté de la CFDT Paris dans les années 70 et 80 mais aussi à la CFDT Île-de-France et à l’Union Territoriale des Retraités.
Ancien Secrétaire Général de l’Union Départementale CFDT de Paris et la CFDT Île-deFrance, Jean-Pierre Bobichon a eu la chance de bien la connaître et de militer avec elle. Il lui rend hommage dans le témoignage ci-dessous.

Partager

Une des actions de hautes luttes dans laquelle Marthe s’était totalement investie est celle d’une des deux grandes grèves des nettoyeurs du métro en mars-avril 1980 (voir ici le document sur le site des archives de la CFDT). Pour la prise de conscience de la réalité des personnels en situation de sous traitance dans l’entreprise RATP, pour leurs conditions de travail, de discriminations, de respect, de sécurité et de salaires...

Marthe a su s’imposer comme SG du syndicat CFDT RATP a une époque difficile pour les femmes d’accéder à des postes de responsabilités et qui plus est un dans un milieu, à l’époque, très masculin.

Marthe a toujours milité pour l’ouverture de son syndicat à d’autres réalités que celle de l’entreprise RATP, ce fut difficile : Cadre elle même, c’est ainsi qu’on la retrouve à l’Union Confédérale des Cadres - UCC - CFDT - mais aussi à l’Union locale CFDT des 11e et 12e arrdts de Paris, mais aussi très engagée sur le secteur de Bercy/La Rapée à propos, notamment, des conditions de travail dans les Tours Bureaux de ce quartier en pleine transformation à l’époque, mais aussi à propos des conditions de travail des femmes, l’égalité Hommes/Femmes et leur place dans la CFDT, mais encore très sensibilisée sur les questions de l’immigration dans et hors des entreprises avec les conflits des nettoyeurs du métro parisien, mais aussi et encore lors de sa retraite bien méritée à l’Union Territoriale des Retraités de Paris et son attention aux questions européennes.

Petite voix souvent fluette mais sachant convaincre et s’affirmer, petite et fragile d’apparence mais solide comme un roc, ses yeux d’aspects rieurs cachaient le sérieux de la femme militante, de la femme travailleuse, de la Femme tout simplement : Tel fut Marthe, et bien d’autres pans de sa vie passionnante, sachant toujours lier discrétion, efficacité, solidarité et humanité.

Grand merci Marthe. Bien tristement.

Marthe Gravier sera inhumée au cimetière de Granville le jeudi 12 juillet 2018. La cérémonie religieuse se déroulera à 15h en l’église Saint-Nicolas de Granville.